Français, reposez en paix…

« Jusqu’à maintenant, on a vu des matières qui n’y allait pas par quatre chemins : pour les réussir il fallait réviser. Ces matières, aussi difficiles soient-elles, ont le mérite d’être claire dans leurs contenus. Mais vous le savez bien, il y a toujours une exception qui confirme la règle, comme ce bon vieux beauf dont tout groupe d’amis qui se respecte se doit d’avoir. Et au brevet, c’est le Français qui endosse ce rôle : ambigu et complexe, à la fois la plus facile à réviser mais la plus longue et la plus difficile à réaliser, nul ne sait vraiment ce qu’attend de nous les profs à travers cette exam, et honnêtement, peu nous importe de savoir cela, du moment qu’on le réussit. » Adam et Arthur. 

%d blogueurs aiment cette page :